Reflets de Mirwart

Mirwart vue aerienneEt bien, nous pourrions commencer notre histoire et dire : "Il était une fois" comme commencent toutes les histoires, et tout simplement celle de notre village de Mirwart.

Mais, c'est où Mirwart ?... un village perdu au milieu des bois, loin des grandes routes, presque un cul de sac.

Un village au bout d'une route qui ne mène nulle part, et pourtant un village connu bien loin hors des frontières de notre petite Belgique.

Un peu d'histoire : avant la loi « Michel de remembrement » des communes, avant d'être rattaché à Saint Hubert, Mirwart était un des plus petits, sinon le plus petit village de Belgique mais aussi... un des plus riches. Il y avait encore dans les année septante une bonne centaine d'habitants presque tous pour la plupart établis depuis des générations.

Vue ancienne de mirwartNous avons encore connu le village dans les années 60 où devant chaque maison trônait un superbe tas de fumier, orgueil de leur propriétaire, qui montrait par là leur richesse.

Chaque maison avait une vache, un cochon ou quelques biquettes, on élevait quelques poules et quelques lapins et cultivait un minuscule lopin de terre pour ses légumes.

Mais dans les années 60,le tourisme se développant, cette pratique n'était plus présentable, devant les maisons, les parkings ont donc remplacés les tas de fumiers.

Le passage journalier des troupeaux de vaches de la ferme dans la rue principale du village a été interdit par le dernier maïeur de Mirwart, Omer léonard. Il est vrai que la grand rue maculée de flattes de vaches faisait trop campagne, mais c'était le bon temps comme on dit.

A l'époque, Mirwart avec ses forêts, était parmi les communes les plus riches de Belgique, on n'y payait pas d'impôts !

Le village avait investi dans la construction d'un grand réservoir de captage d'une source d'eau et amené les conduites de distribution dans chaque maison ; il n'y a avait pas de compteur d'eau, la distribution était... gratuite. On disait même qu'un certain hôtel avait dans ses caves de grands bacs alimentés en eau courante pour la conservation de truites vivantes. Le village était tellement riche que chaque habitant recevait chaque année quatre stères de bois de chauffage livrées à domicile tout aussi gratuitement. Et oui, les temps ont bien changés.

En ces temps, il n'y avait pas de supermarchés et autre shopping center, mais une épicerie où l'on trouvait tout ce que l'on avait besoin : des denrées du quotidien comme des fruits, des légumes, du lait, du fromage des charcuteries, mais aussi les produits d'entretien, un petit peu de droguerie, un petit peu de mercerie et ce qui, actuellement, nous manque le plus le pain frais du jour !

Après la fermeture de sa boutique, Coco, après tant et tant d'années, a pris une retraite bien méritée. Il y a bien eu quelques tentatives des habitants pour ouvrir une autre épicerie mais comme maintenant chacun a sa voiture, la concurrence des grandes surfaces attire les villageois vers saint Hubert ou plus loin encore. En ces temps, il n'y avait pas de café, seulement l'hôtel du beau site, tenu par Omer Léonard et sa femme, Omer Léonard denier maire du village jusqu'au regroupement avec saint Hubert.

Jeu de quillesOn allait au « Beau-site » boire une bonne bière de Rochefort ou manger dans un cadre superbe une cuisine simple mais bien ardennaise. Une omelette de six œufs (oups le cholestérol !) sur deux grosses tranches de jambon fumé était chose courante. Et juste devant l'hôtel, il y avait le jeu de quilles avec son chemin en pattes d'oie et ses énormes quilles et boules de bois.

En ces temps, il y avait la maison communale et, juste derrière l'école du village pour les garçons avec à l'arrière sa cour de récréation. L'école des filles était, quant à elle située à côté du presbytère dans l'actuelle salle des fêtes. Pas besoin de prendre le car pour rejoindre l'école et retrouver M. Culot, le dernier instituteur avec son cache poussière gris bleu.

"Mon histoire de Mirwart", n'a aucune prétention, ce ne sont que des souvenirs que les quelques anciens qui nous restent se rappelleront encore.

On a beaucoup écrit sur notre village.

• Il y a déjà Jean-Marie Culot, fils du dernier instituteur qui en a réalisé un énorme travail sur son histoire et la généalogie.
• Mme de Donnéa, qui nous a conté l'histoire du château et de ses propriétaires et encore un merveilleux livre de légendes.
• Georges Pécheur, qui nous a retracé son histoire plus récente et le triste saccage du château.
• Mme de Donnéa, qui nous a conté l'histoire du château et de ses propriétaires et encore un merveilleux livre de légendes.
• Alain Bourdon dont le site regorge de sublimes photos de tous les beaux petit coins aux alentours.
• Et encore d'autres certainement.

Je n'ai pas la prétention de les égaler, ni de les copier ou de les imiter ; ce qu'ils ont réalisé chacun dans leur domaine est l'Histoire de Mirwart.

Mais laissons le passé de côté, car Mirwart en un village encore bien vivant et plein d'animations. Régulièrement, une soirée réunit ses habitants, ceux des villages avoisinants et ceux que la vie a appelé sous d'autres cieux mais qui viennent s'y ressourcer avec toujours autant de plaisir.

Fête du jumelageIl y a chaque année les retrouvailles avec ceux du village du « Bois d'Oing » jumelé avec Mirwart.
Il y a des marches sportives, des promenades gourmandes, des brocantes et des soirées concert !
Il y a le feu de la saint Jean, la saint Nicolas des enfants, et bien d'autres occasions car ici tout est bon comme excuse pour faire la fête.

Il manquait un petit quelque chose, un lien entre ses habitants, vers ceux des villages avoisinants et tous les amoureux de Mirwart.
Un lien de vie pour informer de ce qui se passe au jour le jour dans ce coin perdu.

A notre époque de satellites, de GSM et autres tablettes, où chacun à son ordinateur et l'Internet, un petit site tout simple, où l'on pourrait être informé des nouvelles du village, de ses activités, des fêtes organisées sera, me semble-t-il, idéal. Il pourra être le reflet de "notre Mirwart" et de ses habitants !

On pourrait au fur et à mesure y ajouter les histoires du village, quelques photos anciennes ou actuelles. Voilà, nous attendons vos commentaires, vos suggestions mais aussi et surtout tous vos souvenirs qui sont notre patrimoine commun.

Bienvenue à tous les amoureux de Mirwart.

 

Les Reflets de Mirwart

3683
nom 
mdp 
Les reflets de Mirwart
rue du Château 3
6870 Mirwart (St-Hubert) Belgique
Contact
 
www.refletsdemirwart.be